Ghost Recon Wildlands bg

Ghost Recon Wildlands : Mon voyage en Bolivie, ma rencontre avec la Santa Blanca

Il le fallait, que je finisse enfin cette première partie du jeu et de vous faire la revue. Ghost Recon Wildlands où ma rencontre avec la Santa Blanca lors de mon voyage en Bolivie ?

J’essaierai un maximum de ne pas spoiler pour les personnes qui n’ont pas encore joué au jeu.

À la base j’étais venu pour faire un foot puis…

Bon il ne faut pas se cacher à la base je venais en Bolivie juste pour me promener, visiter les lieux cultes comme le salar d’Uyuni ou le lac rouge. J’ai reçu l’appel d’une certaine Karen Bowman(en français c’est Nathalie Simon) pour intégrer une escouade de 4 (plus souvent 2) de mecs armés jusqu’au dentier :rire:

Je me suis dit pourquoi pas hein tant que je peux visiter. C’est alors que commence l’aventure bolivienne.

Ghost Recon Wildland : Le paradis des narcotrafiquants

Un paysage paradisiaque (par moment) et des poteaux solides

En termes de graphisme le jeu rend bien, il a un bon rendu voir très bon. Le monde ouvert, spécialité d’Ubisoft. Les décors sont souvent magnifiques, la flore est très bien représentée et on prend plaisir à se poser deux minutes sur les rochers pour admirer le paysage. Également une chose à mettre au crédit d’Ubi concernant c’est bien la variation de la météo. Les temps de pluie sont juste super bien représentés et j’apprécie l’effort fait dessus. Le cycle jour/nuit est également bien représenté bien qu’on voit un peu trop d’aliasing au sol.

Petit couac néanmoins, l’interaction avec les animaux ou le décor, parfois hasardeux.

Réalisation digne de la carte aux trésors

La réalisation, le scénario est basique mais la façon de réaliser les missions est intéressante. Pour resituer le contexte, le Cartel de la Santa Blanca autrefois petite bande de narcotrafiquant est devenu THE Cartel. El Sueno, leader de la Santa Blanca a pour rêve de faire de la Bolivie un Narco Etat.

Pas de bol pour lui les Ghosts sont là. Les Ghosts, une unité spéciale type Black ops est envoyée en Bolivie pour soutenir la résistance bolivienne à repousser la menace des narcotrafiquants.

Pour effectuer les missions il va falloir se mettre en mode carte aux trésors pour découvrir des indices (intel critiques).

Bande son : Non franchement les gars, stop le pipeau

La meilleur musique est dans le trailer, le reste est ultra répétitif et un peu ennuyeux à force. Disons qu’on s’en lasse très vite. Entre la bande son en boucle, la radio et surtout les scènes d’introductions… C’est décevant, pareil concernant les voicelines des rebelles ou encore des sicarios. Il y a une seule voix pour chaque faction qui parle à la radio. C’est juste bâclé à souhait.

Un jeu aussi accessible que certains endroits dans la carte, easy

La difficulté de Ghost Recon Wildlands n’est pas au rendez-vous, pour avoir terminé le jeu en mode extrême ce n’est clairement pas le jeu le plus difficile. Le plus frappant est quand même la mécanique de jeu qui est exactement calquée sur celle de The Division.

Cependant pour compenser le manque de cerveau de l’IA, Ubi a trouvé la fâcheuse idée de leur donner une vision et une précision extrême (que pour les méchants hein). On se retrouve alors avec des sicarios double uzi courir, ne pas vous regarder, tirer en l’air et vous toucher (surement sans faire exprès ?). Une abération pour moi. Dans l’autre sens les rebelles ont un QI d’huître et une précision de Stormtroopers.

Donc le jeu en soi est plutôt facile, surement de quoi faire patienter jusqu’a la sortie du PvP et des missions du season pass.

Un gameplay déjà vu mais on ne va pas se plaindre

La jouabilité sur Ghost Recon Wildlands s’apparente à celle de The Division car les deux jeux partagent le même moteur graphique mais également les mêmes mécaniques. Si vous êtes un fan de The Division où que vous avez l’habitude de jouer à ce jeu alors vous ne serez pas dépaysé. Par la même occasion Ghost Recon Wildlands me rappelle également une petite partie de Far Cry, en moins développé. Ah oui, ne vous attendez pas à un jeu sans bug, tant le jeu comporte pratiquement autant de bugs que sur la bêta.

La jouabilité des véhicules est digne de V Rally à l’époque et encore, il y a une physique un peu bizarre à vrai dire.

Ghost Recon Network >

Pour découvrir le jeu c’est par ici : https://ghost-recon.ubisoft.com/wildlands/fr-fr/home/

Rei

Une génoise de geekeries, un nappage jeu vidéo, un petit saupoudrage de culture. Blogueur jeu vidéo, lifestyle & high tech.

  • Leane

    Salut, Ton avis sur Ghost Recon Wildlands me sera très utile lorsque j’y jouerai. Dans l’ensemble, je trouve qu’Ubisoft a fait du beau travail. Je pense que je vais l’acheter d’occasion ou espérer qu’on me l’offre à Noël.

    • Rei

      Logiquement tu ne devrais pas le trouver à bien cher, il est plutôt bien réussi malgré les wtf et les ressemblances avec The Division. Sinon si c'est pour explorer la Bolivie, bienvenue :D

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *