Pro Evolution Soccer 2017 BVB

Pro Evolution Soccer 2017 : Mon Test, mes impressions

Yello tout le monde ! Chaque année c’est la même chose, bis repetita avec les deux jeux de simulations que sont FIFA et Pro Evolution Soccer (Winning Eleven). Cette année, c’est Pro Evolution Soccer 2017 qui entre en premier sur le carré vert. Le moins que je puisse dire c’est qu’il est sur la bonne voie.

Pro Evolution Soccer 2017 : Enfin le retour du grand ?

Il nous est présenté comme le meilleur jeu de foot jamais fait (d’après beaucoup de revues de metacritics). Une nouvelle physique de balle, des nouveaux contrôles pour un meilleur jeu. APPAREMMENT !

Graphisme

On démarre cette petite revue avec les graphismes, en ce qui concerne la partie graphique je vous laisse en juger par vous même. Le moteur graphique Fox Engine issue de Metal Gear Solid rend super bien et continue de donner du crédit à la franchise Pro Evolution Soccer.

Les stades également sont parfaitement reproduits pour la plupart.

La météo évolutive, on la situera dans le graphisme également. C’est une bonne chose de voir la météo évoluée tout au long du match. Cela donne du piquant comme dans une course automobile.

On note un demi effort sur les joueurs, certains joueurs ont leur propre visage mais pas les bonnes célébrations ni les bonnes chaussures. Encore du travail pour nous ça *rire*. Il manque plus que tous les tatouages sur tous les joueurs et la franchise sera rodée.

Jouabilité

On retrouve a peu près le même gameplay que l’année dernière pour les 20 ans de la franchise. Cela dit le jeu est bien plus fluide et intuitif. Fini les passes n’importe comment faites automatiquement. Il faudra un peu mieux contrôler ses doigts pour gagner un match.

L’animation du jeu est top, rien à dire. Son orientation arcade joue bien en sa faveur et le jeu est totalement fluide. Avec la nouvelle physique de balle et une nouvelle façon de contrôler le jeu et le ballon ça devient plus intuitif.

Des nouvelles formations et tactiques s’en suivent et son effectives. Non seulement les joueurs réagissent bien en phase d’attaque comme de défense mais le bloc est assez cohérent dans chaque phase d’action. SAUF si bien sûr vous prenez un joueur et vous le faite traverser le terrain sans le ballon !

L’arbitrage lui est un peu amélioré car on avait vraiment affaire à un arbitre aveugle

Interface / Modes

L’UXUser Experience ici reflète l’interface du jeu. J’aime me pencher sur ce genre de sujet comme sur celui des stratégies marketing employées par les mastodontes pour promouvoir leur petit poney.

Les Menus ici ne sont pas très intuitifs, je dirai même qu’ils sont encore plus brouillon que dans Pro Evolution Soccer 2016. Moins conviviale également, le menu est certes minimaliste mais manque de faire du bien aux yeux.

Après tout c’est bien 40% du temps qui est passé dans les menus. Il semble que Konami néglige ce côté qui est une force pour son concurrent (FIFA).

Les modes sont du classique pour Pro Evolution Soccer 2017, le mode en ligne, exhibition (un peu brouillon), myClub, la Master League et Vers une légende restent les modes classiques qu’a instauré Konami. Sans surprise de ce côté mis à part l’évolution du mode myClub.

Bande son

On pourrait l’appeler depuis un certain temps “Bandeson Crusoé“. Bien qu’il y est eu des améliorations côté ambiance, on déplore encore quelques aspects audio du jeu. Je m’explique.

J’ai remis les pieds sur Pro Evolution Soccer que pour l’anniversaire de la franchise c’est à dire l’année dernière. Pro Evolution Soccer 2016 ne propose pas une playlist de musiques exhaustive, ce qui rend les menus vite barbants.

On m’épargnera les commentateurs anglais et français qui ont vraiment l’air de lire un texte sans véritable passion. Les dialogues sont sans vie et n’offre aucune interactivité. Gros point négatif qui traîne comme une casserole pour Konami. A régler au plus vite !

Dans Pro Evolution Soccer 2017 comme dans les précédents opus, Grégoire Margotton et Darren Tulett ne vont pas dans le moule. Margotton est un excellent commentateur sportif en réalité et Darrent Tulett est un très bon consultant mais là ça ne passe pas.

Le chant des supporters ont été revu pour plus d’immersion dans l’ambiance du stade. On note l’effort suite aux accords de partenariats passés avec Dortmund, Liverpool, Arsenal et bien sur le Barça. J’ai eu la chance d’être allé au Camp Nou cette année pour la finale du trophée Joan Gamper. Ce que je remarque c’est un gros effort sur la reproduction du stade mais également de l’ambiance avec l’hymne officiel du club catalan.

Difficulté / Licences

On a toujours le choix entre plusieurs niveaux de difficulté. Cela dit avec la fluidité qu’offre le jeu, l’IA semble plus bien plus dure au niveau maximum. Cela dit on prend bien plus de plaisir à jouer contre ce genre d’IA.

Côté Licences Konami peut être fier d’avoir retenu la Ligue des Champions, avec une superbe mise en scène à la clé. Cela dit le bas blesse encore sur certaines licences de certains clubs. Il va falloir attendre des mods pour pouvoir faire quelque chose sur les maillots et les chaussures.

Nota Bene

Ce diaporama nécessite JavaScript.


Il faut savoir que le jeu Pro Evolution Soccer 2017 est disponible sur PC / PS4 et XB1.

J’ai pris la version PC et il semble que cette version soit “downgradée” comparée aux versions PS4 et XB1 (vu sur Steam Community). Si j’ai un conseil donc à vous fournir c’est de le prendre sur Playstation 4 ou Xbox One.

Rei

Une génoise de geekeries, un nappage jeu vidéo, un petit saupoudrage de culture. Blogueur jeu vidéo, lifestyle & high tech.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *